* * * Expédition gratuite dès 250 € ! - Livraison en France par Colissimo (48h), Chrono-relais ou Chronopost (24h) * * *

COUTAUD Lucien

Lucien Coutaud est un peintre français, né le 13 décembre 1904 à Meynes, Gard, et décédé à Paris, le 21 juin 1977. Lucien Coutaud naît dans un petit bourg du Gard, entre Nîmes et Beaucaire. Assez tôt, il manifeste un caractère inquiet, secret, angoissé, différent de ses camarades et conscient de sa différence. Coutaud est un homme tourmenté, complexé et généreux à la fois. Dès la fin de sa scolarité, et après avoir effectué un apprentissage d’horloger chez son père, il intègre, en 1920, l’école des beaux-arts de Nîmes, où professe le graveur Armand Coussens. La même année, il se prend de passion pour les corridas, la confrontation suprême de la vie et de la mort, avec son ami Albert Dubout, dont les dessins humoristiques, mais également les illustrations et les affiches marqueront plusieurs générations. À vingt ans, Coutaud monte à Paris pour apprendre le dessin dans les académies de Montparnasse. Ce jeune Nîmois s’intéresse aussi bien aux Primitifs du Louvre, qu’à Chirico, Max Ernst et Paul Klee. En 1926, il rencontre Charles Dullin qui lui demande de réaliser les décors et les costumes des Oiseaux, pièce d’Aristophane, adaptée par Bernard Zimmer, alors qu’il accomplit, cette même année, son service militaire. En 1931, de retour à Paris, il se lie d’amitié avec un jeune comédien du nom de Jean-Louis Barrault. En 1938, il réalise, pour Dullin, à l’Atelier, les décors et les costumes de Plutus, inspiré d’Aristophane. La même année, Jacques Copeau lui demande de réaliser le décor de Comme il vous plaira, pour le Mai musical de Florence. Il s’intéresse également à la tapisserie, à partir de 1935. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, Coutaud développe cette activité et se consacre à la peinture. En 1941, il crée pour Jean-Louis Barrault les décors, accessoires et costumes de 800 mètres, d’André Obey, jouée au stade Roland Garros. Il conçoit pour Barrault les décors du Soulier de Satin de Paul Claudel, pour la Comédie française en 1943. Il est, la même année, l'un des fondateurs du Salon de Mai. En 1945, il crée les décors et les costumes du Poète, un ballet de Boris Kochno, monté au théâtre Sarah Bernhardt par Roland Petit. Il signe, en 1948, les décors du ballet Jeux de printemps, mis en musique par Darius Milhaud à l’Opéra-Comique. En 1950, il peint les décors et les costumes des Éléments, un ballet de Serge Lifar présenté au Festival musical de Versailles. Cette même année, il illustre Une saison en enfer d'Arthur Rimbaud, à la demande de la société Les Bibliophiles de France et Overseas Book-Lovers (New-York). En 1953, il collabore à Médée de Cherubini, interprétée par Maria Callas, mise en scène par André Barsacq, au Mai musical de Florence. Son style figuratif évoluant vers l’abstraction onirique, est proche d’un surréalisme aux thématiques et couleurs méridionales : poésie de la tauromachie, dramaturgie de la mort. Ce peintre-poète qui fut l’ami de Jean Blanzat, André Fraigneau, Marc Bernard, Jean-Louis Barrault, Oscar Dominguez, Paul Éluard, Picasso, Jacques Prévert, Boris Vian, Gilbert Lely, Jean Paulhan, Yves Tanguy, Félix Labisse et Jean-Paul Sartre ne cessa de revendiquer son indépendance. Lucien Coutaud a inventé l’Éroticomagie1, qui est une peinture centrée sur un monde, sur un individu sans cesse livré à la métamorphose, mais toujours sexué, à l’image de l’impressionnante série des « Taureaumagies » faites de corps entremêlés ou celle des « Personnages-cygnes », et qui se sent poussé à se fondre, sans toujours y parvenir, et au risque de s’y perdre, en une communauté avec autrui. L’Éroticomagie est la fusion charnelle et onirique de l’éros et de la magie, du réel et du rêve, du peintre et de son monde intérieur, du regardant et du regardé.

Lire plus Lire moins
Desc

10 articles

Afficher en Grille Liste
par page
Desc

10 articles

Afficher en Grille Liste
par page
To Top